Dépêches

Patrimoine

Investissements immobiliers

Sous-location non autorisée par le bailleur : les sous-loyers reviennent au bailleur

Lorsque des locataires sous-louent leur logement, sans l’accord du bailleur, le bailleur peut réclamer le remboursement des sous-loyers qui constituent des fruits civils lui revenant par accession.

Dans cette affaire, le nouveau propriétaire d’un appartement occupé a délivré un congé pour reprise à son profit aux locataires en place puis a assigné ces derniers en validité du congé.

Constatant que les locataires en question avaient sous-loué l’appartement sans autorisation, il a également sollicité le remboursement des sous-loyers en exécution de son droit d’accession.

Les locataires, condamnés par les juridictions du fond à restituer les sous-loyers, se pourvoient en cassation. Leur pourvoi est rejeté.

Pour la Cour de cassation, nonobstant la non-opposabilité de la sous-location au bailleur qui ne l’a pas autorisée, les sommes perçues à ce titre par le locataire doivent être remboursées au bailleur en ce que les sous-loyers perçus par le locataire constituent des fruits civils qui appartiennent par accession au propriétaire.

Cass. civ., 3e ch., 12 septembre 2019, n°745

Retourner à la liste des dépêches Imprimer